Tumpik
calvinistique · 4 years ago
Text
Et, devant lui, un vent fort et violent qui déchirait les montagnes : il n’était pas dans le vent. Et, derrière le vent, un tremblement de terre : il n’était pas dans le tremblement de terre. – Que fais-tu ici, Élie ? – Je ne sais pas du tout…   Et Élie partit des montagnes déchirées et de la terre tremblante. Et il trouva Élisée qui labourait la terre avec sa douzième paire de bœufs. – Que fais-tu ici, Élisée ? – Je ne sais pas du tout… – As-tu froid ? – Je ne sais pas du tout… Et Élie jeta son manteau de laine sur lui.   – Laisse-moi embrasser Papa et je te suis. – Va et reviens. – Je ne sais pas du tout… – Pense à mon manteau de laine qui t’entoure. – Je ne sais pas du tout…   – As-tu faim ? – Je ne sais pas du tout… Et Élisée rôtit son bétail, fit un immense banquet. – Pense à mon manteau de laine qui t’entoure. Et Élisée se leva et suivit Élie. – Que fais-tu ici, Élisée ? – Je ne sais pas du tout…   Et, devant lui, un vent fort et violent qui déchirait les montagnes. Et, derrière lui, un tremblement de terre, un tohu wa-bohu. Il y eut un soir ; il y eut un matin. Premier jour. Le souffle tournoyait au-dessus des eaux, entourant montagnes & terre.
0 notes
calvinistique · 5 years ago
Text
Lumière invisible à nos yeux, viens nous honorer d’une visite. Nous pourrons nous asseoir ensemble à t’écouter. Parole muette à nos oreilles, viens nous illuminer de ta présence. Nous pourrons cheminer avec toi. Tu es pareil à une colonne d’ombres ou de lumière. Tu ne repousses pas notre petitesse quand nous sommes aveuglés par ta grandeur. Tu es pareil à une colonne d’ombres et de lumière. Ta demeure se remplit de splendeur quand nous foulons, de nos pas, le sol de ta bienveillance envers nous. Tu t’assieds au milieu des colonnes du temple ; tu viens planter ta tente sur nos chemins. Laisse-nous apercevoir une lueur afin de lire ta propre parole dans nos nuits. Tu te fais errant au milieu des déserts ; viens habiter nos modestes demeures. Laisse-nous un peu de ta clarté pour entendre ta parole dans nos habitations. Paroles d’ombres ou de lumière, nous voici en conversation avec toi. Nous cherchons un chemin vers toi. Ravive la flamme qui nous réchauffe quand les mots nous manquent devant ta beauté. Ravive la parole qui nous guide quand nos gestes nous écartent de ta droiture.
0 notes
calvinistique · 5 years ago
Text
Toi qui nous regardes avec bienveillance, accorde-nous la grâce d’avoir tes mêmes yeux attentifs. Nous pourrons alors nous émerveiller de toutes existences avec la même joie que la tienne lorsque tu les crées. Toi qui nous attires à toi avec humanité, accorde-nous la grâce d’avoir tes mains accueillantes. Nous pourrons alors inviter sans retenir ceux que tu laisses venir à toi avec la même joie que la tienne lorsque tu les guides. Toi qui nous éclaires avec bonté, accorde-nous la grâce d’avoir ta présence de réconfort. Nous pourrons alors relever et consoler ceux qui cheminent dans l’obscurité ou la clarté avec la même joie que la tienne lorsque tu les aimes. Mais, comme il n’est jamais bon de nous oublier nous-mêmes, nous osons te demander de regarder notre petitesse, d’attirer notre cœur, d’éclairer notre chemin. Regarde-nous ; attire-nous ; éclaire-nous afin de nous faire l’honneur de nous laisser nous tenir devant toi.
0 notes
calvinistique · 5 years ago
Text
Ta parole est comme un ruisseau de montagne. Laisse-nous courir en elle que nous devenions de l’eau pour désaltérer chacun. Ta parole est comme une nuit d’étoiles. Laisse-nous nous cacher en elle que nous devenions de la joie pour consoler chacun. Ta parole est comme un vent d’été. Laisse-nous voler en elle que nous devenions de la bienveillance pour entourer de notre présence chacun. Ta parole est comme un chandelier de maison. Laisse-nous brûler en elle que nous devenions de l’attention pour compatir et réconforter chacun. Notre Dieu, sois l’eau que nous buvons lorsque nous avons soif. Sois l’étoile que nous regardons quand nous sommes perdus. Sois la bienveillance que nous respirons quand nous sommes fatigués et essoufflés. Sois la lumière de notre lampe quand nous n’y voyons plus rien. Ainsi, où que nous allions, quoi que nous fassions, tu resteras toujours en notre présence.
0 notes
calvinistique · 5 years ago
Photo
Tumblr media Tumblr media Tumblr media
1549. Un tilleul dans cette vallée. Es steht ein’ Lind’ in jenem Tal, ach Gott, was tut sie da ?  Caspar Othmayr, Es steht ein lind in yenem dal, Berg & Neuber, Nürnberg, 1549.  Bibliothèque Nationale de France. Musique RES VM7-56. 
0 notes
calvinistique · 5 years ago
Photo
Tumblr media
Pere de nous, qui es la hault es cieulx de 1546. Livre second contenant XVII Pseaulmes de David traduictz de latin en françois par Clément Marot et naguères mis en musique en quatre parties séparées par maistre Anthoine de Mornable, P. Attaingnant, Paris, 1546. B.N.F. RES VMC-48.
0 notes
calvinistique · 5 years ago
Photo
Tumblr media
Pseaulme 23. Mon dieu me paist soubz sa puissance haulte. Livre second contenant XVII Pseaulmes de David traduictz de latin en françois par Clément Marot et naguères mis en musique en quatre parties séparées par maistre Anthoine de Mornable, P. Attaingnant, Paris, 1546. B.N.F. RES VMC-48.
0 notes
calvinistique · 5 years ago
Photo
Tumblr media
Pseaulme 50. Le dieu, le fort, leternel parle. Livre second contenant XVII Pseaulmes de David traduictz de latin en françois par Clément Marot et naguères mis en musique en quatre parties séparées par maistre Anthoine de Mornable, P. Attaingnant, Paris, 1546. B.N.F. RES VMC-48.
0 notes
calvinistique · 5 years ago
Photo
Tumblr media
Pseaulme 18. Ie taymeray en toute obeyssance tant que vivray. Livre second contenant XVII Pseaulmes de David traduictz de latin en françois par Clément Marot et naguères mis en musique en quatre parties séparées par maistre Anthoine de Mornable, P. Attaingnant, Paris, 1546. B.N.F. RES VMC-48.
0 notes
calvinistique · 5 years ago
Text
Toi, l’auteur de la parole, écris ton silence en nous. Que nos langues soient la plume d’un agile écrivain Qui raconte l’œuvre de ta gloire parmi les tiens. Et ta parole débordera soudain de nos lèvres en un accord doux.   Toi, l’auteur du souffle, viens respirer en nous ta grâce requise. Que nos pensées & dires soient la vibration d’un habile musicien Qui compose une symphonie à ta gloire à partir de rien. Et ton souffle jaillira soudain de nos éphémères entreprises.   Toi dont l’oreille sait écouter, visite-nous à chacun de tes pas. Que nos mains soient la lampe d’un fragile serviteur Qui soulage chacun par la bonté de ta gloire en une lueur. Et ta lumière reposera soudain sur nous en communion devant toi.   Toi, l’auteur des pensées de notre cœur, déverses ta grâce en nous. Que nos gestes soient la danse d’un facile chorégraphe Qui nous allège quand un bruit épuisant, à nos existences, s’agrafe. Et ta beauté illuminera soudain notre assemblée qui te loue.   Toi, l’auteur en silence, parle-nous avec l’agilité de la foi. Et nos langues écriront soudain telle une plume notre vie avec toi.
1 note · View note
calvinistique · 5 years ago
Photo
Tumblr media
Pseaulme 38. Las en ta fureur ague (aiguë). Livre second contenant XVII Pseaulmes de David traduictz de latin en françois par Clément Marot et naguères mis en musique en quatre parties séparées par maistre Anthoine de Mornable, P. Attaingnant, Paris, 1546. B.N.F. RES VMC-48.
0 notes
calvinistique · 5 years ago
Photo
Tumblr media
1533. Nostre Pere, qui es es cieulx  Ton soit sanctifié.  Ton regne advienne.  Ta voulenté soit faicte, ainsi en la terre, comme au ciel.  Donne nous auiourd’huy notre pain de tous les iours.  Et nous pardonne noz offenses ainsi que nous pardonnons à ceulx, qui nous offensent.  Et ne permetz, que soyons vaincuz en tentation.  Mais délivre nous du Maulvais,  Car regner appartient à toy seul, & puissance, & gloire à tousiamais.  Amen. 
Clément Marot, Epistre familiere de prier Dieu Aultre épistre familiere d'aymer chrestiennement, Antoine Augereau, Paris, 1533.  B.N.F. RESERVE YE 1632.
0 notes
calvinistique · 5 years ago
Photo
Tumblr media
Pseaulme 79. Les gens entrez sont en ton heritage. Livre second contenant XVII Pseaulmes de David traduictz de latin en françois par Clément Marot et naguères mis en musique en quatre parties séparées par maistre Anthoine de Mornable, P. Attaingnant, Paris, 1546. B.N.F. RES VMC-48.
0 notes
calvinistique · 5 years ago
Photo
Tumblr media
Pseaulme 110. Lomnipotent a mon seigneur & maistre. Livre second contenant XVII Pseaulmes de David traduictz de latin en françois par Clément Marot et naguères mis en musique en quatre parties séparées par maistre Anthoine de Mornable, P. Attaingnant, Paris, 1546. B.N.F. RES VMC-48.
0 notes
calvinistique · 5 years ago
Photo
Tumblr media
Pseaulme 128. Bien heureux est qui conques sert a dieu volontiers. Livre second contenant XVII Pseaulmes de David traduictz de latin en françois par Clément Marot et naguères mis en musique en quatre parties séparées par maistre Anthoine de Mornable, P. Attaingnant, Paris, 1546. B.N.F. RES VMC-48.
0 notes
calvinistique · 5 years ago
Photo
Tumblr media
Pseaulme 101. Vouloir mest pris de mettre en escriture Pseaulme parant de bonte & droisture. 
Livre second contenant XVII Pseaulmes de David traduictz de latin en françois par Clément Marot et naguères mis en musique en quatre parties séparées par maistre Anthoine de Mornable, P. Attaingnant, Paris, 1546. B.N.F. RES VMC-48. 
0 notes
calvinistique · 5 years ago
Text
Toi, magnifique en ta demeure de gloire, sois loué. Tu nous donnes ta parole telle une promesse qui nous ouvre un chemin. Tu nous revêts de ton amour telle une force qui nous fait avancer. Tu nous offres ta lumière pour apercevoir une porte dans la muraille de ta puissance. Sois loué de ne pas nous laisser en errance. Tu nous donnes Jésus-Christ à suivre quand toi, seul, sais où mènent ses pas certains. Tu nous revêts du manteau du Christ quand toi, seul, nous protèges du froid de la mort. Tu nous offres sa droiture quand toi, seul, ouvres la porte à ton fils ressuscité dehors. Sois loué de nous accorder ta grâce immense. À ta table, chacun de tes convives se rassasie, prend la parole et te célèbre en émoi. Toi, le maître, tu sers le dernier d’entre nous avec d’un prince les privilèges. À ta table, tu es magnifique de nous asseoir en communion avec toi. Sois loué de nous faire l’honneur d’entrer sous ton toit, À nous, mendiants que ta miséricorde allège.
0 notes